Files - WAD COVER #15 : THE BACK ISSUE

Texte Caponigro Christelle - Date 28 Aôut 2012

Couverture.

Photographe : Mathieu Deluc

Modèle : Nassimo / Sandrine / Léo

Chaque semaine, vous découvrirez les couvertures du WAD depuis ses débuts ainsi que leurs éditos. Une manière de retracer l’évolution de notre magazine depuis sa première parution en 1999.

On continue avec le numéro #15 datant de l'année 2003. 

Cover.

Photographer : Mathieu Deluc

Model: Nassimo / Sandrine / Léo

Each week, you will discover the WAD's covers since its beginning and their editorial. A way to see the evolution of our magazine since its first parution in 1999.

Let's continue with the WAD #15 from 2003.

D’accord, la mode nous fait parfois un peu tourner la tête… mais rassurez-vous, nous ne sommes pas devenus fous ! Si ce numéro bouleverse nos habitudes de lecture, ce n’est pas pour le simple plaisir d’être différent. C’est parce que le « Back Issue » ne pouvait pas se concevoir autrement. Et vous allez comprendre pourquoi.

Le dos devient le point névralgique de la mode. C’est là que les petites marques quimontent et qui bousculent les grandes déploient des trésors d’ingéniosité. C’est aussilà qu’une nouvelle génération de sacs est en train de prendre son envol. Retournez-vous : il se passe tant de choses dans notre dos qu’on ne peut plus l’ignorer. Les Daft Punk, les rappeurs d’Assassin ou le designer Martin Margiela n’ont-ils pas choisi de tourner le dos aux médias sans que cela nuise en rien – au contraire – à leur notoriété ? Le dos de ce WAD est donc un peu comme celui des T-shirts de Carnales ou des vestes de Kulte : un marqueur, un code, une porte d’entrée.

Partir du back, c’est aussi s’offrir un clin d’œil à ces magazines japonais qui, eux, sont toujours construits de la sorte. Une façon de leur rendre hommage tout en soulignant la place très particulière de l’Europe dans le concert international des tendances. Les Etats-Unis ont façonné la légende du jean et de la culture « basic » , le Japon a bouleversé la donne avec une créativité débridée et une mode des extrêmes ; l’Europe se retrouve au carrefour de ces mondes et de ces deux cultures. Aujourd‘hui, c’est elle qui reprend les choses en main, tirée par des marques inventives, ciblées, osées mais pas outrancières. Le monde à l’envers.

Il faut s’y faire, le « back » est entré dans nos vies. Back up indispensable à nos sauvegardes informatiques (vous connaissez la petite sueur qui coule le long du dos quand votre système implose ?) ; « back to the past » pour les marques qui ressortent leurs originals ; back ornés de logos, de sigles et de grafs chez les labels challengers. Même les BAC, les brigades anti-criminalité de Monsieur Sarkozy, font désormais partie de notre paysage…Mais comptez sur nous, on ne vous plantera pas de couteau dans le dos.

Fashion sometimes makes heads turn… but be reassured, we haven’t lost our minds. If this issue flips around your normal reading habits, it’s not simply for the simple pleasure of being different. It’s because the “Back Issue” couldn’t have been conceived in any other way. You’ll see why.

The back is becoming the key point in fashion. It’s there that smaller, rising brands that are pushing around the big boys deploy their treasures of ingenuity. It’s also here that a new generation of bags is in the process of taking off. Turn around: there’s so much happening behind our backs that we just can’t ignore it any longer. Haven’t Daft Punk, the rappers of Assassin or the designer Martin Margiela all decided to turn their back on the media without it causing any problems – on the contrary – for their notoriety. The back of WAD is a bit like those Carnales T-shirts or the Kulte jackets: a marker, a code, a way in.

Starting from the back is also a way of alluding to Japanese magazines. A way of paying homage while also underlining the special place that Europe holds in the international trends. The US carved out the legend of jeans and “basic’” culture; Japan knocked over the international order with its unbridled creativity and extreme fashions; Europe finds itself at the crossroads of these two worlds and these two cultures. Today, it’s Europe that’s taking things in hand, pulled along by its inventive brands, targeted, daring, but not extreme. The world upside down.

You’d better get used to it, the back has entered into our lives. Backing up is indispensable to our digital world (just think of that shiver that goes up your backwhen your system explodes). There’s the “back to the past” of the brands that are bringing out their original models again; backs covered in logos, acronyms, and graffiti created by the challenger labels. Even the BAC – the French acronym of a new type of local police force now under Interior Minister Nicolas Sarkozy – has entered France’s daily life. Don’t worry, though, you can count on us not to stab you in the back.

Catégorie: Art