Files - WAD COVER #11

Texte Contributor WAD - Date 23 Juillet 2012

Couverture.

 

Photo : PHILIPPE GUEGUEN

 

Chaque semaine, vous découvrirez les couvertures du WAD depuis ses débuts ainsi que leurs éditos. Une manière de retracer l’évolution de notre magazine depuis sa première parution en 1999. On continue avec le numéro #11 datant de l'année 2001. 

 

EDITO

Sur les planètes mode et consommation, ils sont en train de devenir les rois. Les plus grands suiveurs de tendances, les plus fervents adeptes de marques. Les Beurs consomment, voire surconsomment les labels, ils s'en font des repères identitaires plus encore que n'importe quelle autre communauté. Les sociologues y voient le résultat d'une société qui nivelle les différences et crée chez ses sujets le besoin de nouveaux marqueurs. Sans doute. En tout cas, les faits sont là, incontestables. A défaut de prendre le pouvoir politique, les Beurs en acquièrent petit à petit un autre, économique.

Les enfants de la deuxième génération sortent du bois, et plus seulement pour faire la Une des faits divers. Dans le sillage d'un Zidane, d'un Jamel Debbouze, d'un Brahim Asloum, d'un Gad Elmaleh, ils déchirent les costumes trop étroits que certains vou1aient leur tailler. Ils sont de plus en plus nombreux à s'illustrer dans les fringues, la musique, l'écriture, le cinéma, ces domaines qui leur étaient jusqu’ici quasiment inaccessibles. Tous ces univers qui façonnent notre monde urbain du nouveau siècle. Toutes ces sphères que WAD observe à la loupe et tente de décrypter numéro après numéro. Toutes ces minorités qui, agrégées les unes aux autres, forment le grand peuple des consommateurs et des wear-addicted. Pour tout cela, nous nous devions bien de leur dédier un numéro entier. Un WAD consacré aux Beurs et plus largement aux jeunes Arabes d'ici et d'ailleurs. L'idée nous est venue un soir de bouclage, le 8 juillet dernier. Ce jour-là, la télé allumée au fond de la rédaction a lâché l'info de la semaine : le colossal transfert de Zizou au Real de Madrid, le plus gros contrat de toute l'histoire du foot. Un salaire étourdissant de trois millions de francs mensuels. L'incroyable réussite d'un fils d'immigré, d'un gamin des quartiers nord de Marseille.

Depuis, il y a eu le 11 septembre, l'Amérique blessée et Manhattan défiguré. Fallait-il renoncer à ce numéro ? On avoue s'être posé la question un quart de seconde, de peur que notre sujet, la mode et les Arabes, semble bien indécent devant l'ampleur du drame et du traumatisme. Et puis non, après tout, pourquoi renoncer ? Au contraire. A l'heure où les odeurs nauséabondes d'amalgames de d'intolérance font surface, il faut plus que jamais braquer les projecteurs sur tous ces Beurs moteurs d'une intégration exemplaire. D'autant que c'est elle, l'intégration, qui préservera de tous les dérapages désespérés.
Bien sûr, il ne s'agit pas non plus de faire dans l'angélisme, de prétendre bêtement que tous les jeunes de banlieues vont grimper les échelons de l'échelle, qu'ils pourront demain quitter les barres HLM pour s'acheter une grosse villa, qu'ils auront les honneurs, même éphémères de la télé, comme Aziz ou Kenza (vous vous souvenez ?)... Il s'agit plutôt de pointer le doigt sur une véritable mutation sociale, de tenter d'en comprendre les ressorts, d'en rencontrer les acteurs.
Dans ce numéro, vous découvrirez l'histoire de deux petits Beurs devenus des piliers des nuits parisiennes, le parcours exemplaire d'un fils d'immigré devenu directeur de booking, la réussite fulgurante d'un Algérien qui bouscule les mastodontes des nouvelles technologies, l'interview d'un sociologue qui comprend mieux que personne ce qui se passe dans les banlieues... et des tas d'autres choses. Parce que, 40 ans après la fin de la guerre d'Algérie, il est temps que ses enfants prennent toute leur place dans la société française.

WAD Team

 

Cover.

 

Photo : PHILIPPE GUEGUEN

 

Each week, you will discover the WAD's covers since its beginning and their editorial. A way to see the evolution of our magazine since its first parution in 1999.

Let's continue with the WAD #11 from 2001.

 

EDITORIAL 

On the consumption and fashion planets, they are becoming kings. The biggest trend followers, the most ardent brand adepts. Arab kids consume, sometimes over consume labels. More than any other community, they make identity references of them. Sociologists see they're the result of a society that levels differences and creates in certain subjects the need for new markers. No doubt it is true. In any case, the facts are there and incontestable. Without taking over political power, Arab kids are definitely taking over economic power. The young ones of the second generation are coming into light, and not only to illustrate new items. As Zidane, as James Debbouze, as Brahim Asloum, as Gad Elmaleh, they rip out of the tight suits that some had tailored them into. More and more showing their talents in fashion, in music, in writing, in cinema, all these sectors that up until now were inaccessible for them. All these small minorities that team up and form a population of consumers and of wear-addicts.
Because of all this, we had to dedicate a whole issue to them. A WAD dedicated to Arab kids and moreover to Arab kids here and all over the world. The idea came up a night on which we were putting the last touches to the magazine, last July 8th. On that day, the telly turned on at the back of the office announced football's biggest transfer in all history. An ear-splitting salary: 3 million Francs a month. The incredible success of Zidane, a migrant’s son, a kid from the back streets of Marseilles.
Since, there has been September 11th, America hurt and Manhattan deformed. Did we have to give this issue up? We must admit to have thought it for a split second because we were scared that our subject, Arabs and fashion, seemed quite indecent compared to the fullness of the tragedy and the trauma. And after all, no, why should we renounce? At a moment in which a nauseous smell of amalgam and intolerance is rising, it is time to focus on those Arabs that are an example of integration. More especially as it is integration itself that will preserve us from any desperate side-slips.

Of course, we are not saying that all Arabs will rise the steps of life like angels. That the will go from living in counsel houses to big villas overnight. That they will know the pleasures of fame and TV (i.e Aziz and Kenza, remember?)...It's more about pointing towards a true social change, emphasizing the facts, and meeting the actors. In this issue, you will find the story of two little Arab Kids that have become the pillars of the Parisian night scene, the exemplary path of a migrant's son who has become booking director, the flashing success of an Algerian pushing his way through Paris technology, an interview of a sociologist who understands the best what is happening in the Paris suburbs,...and many other things. Because, 40 years after the War of Algeria, it is about time that is children take their place in French society.

 WAD Team

Catégorie: Art