Files - WAD COVER #10

Texte WAD Contributor - Date 13 Juillet 2012

Couverture.

Photo : PHILIPPE GUEGUEN

Chaque semaine, vous découvrirez les couvertures du WAD depuis ses débuts ainsi que leurs éditos. Une manière de retracer l’évolution de notre magazine depuis sa première parution en 1999. On continue avec le numéro #10 datant de l'année 2001. 

 

EDITO

L’eau est dans l’air, l’air du temps. Pour la première fois depuis longtemps, peut être même depuis toujours, elle est en train de s’imposer comme la valeur forte du moment. On la voit partout :dans les nouvelles habitudes de consommation, dans les nouveaux produits cosmétiques, dans nos envies de purification et de propreté, dans les programmes des politiques publiques mais aussi – et oui – dans la mode. L’eau véhicule une image claire et positive. Recherchée et désirée.

On ne le dira jamais assez : les temps changent. Désormais on n’a plus honte de confier qu’on ne fume pas et qu’on ne boit pas… si ce n’est de l’eau.  Hier, on nous aurait traité de ringard et de mauvais coucheur. Aujourd’hui, on nous envie, car l’eau purifie nos vies et nos corps. Autre époque, autre échelle de valeur, autre référence. Les gros contrats ne se signent plus forcement autour d’un vieux bordeaux, mais autour d’une eau minérale dont la bouteille aura été désignée par les créateurs les plus en vue ( le meilleur exemple étant la nomade d’Evian ). Sans compter que dans les boutiques tendances de Paris, on se donne volontiers rendez vous autour d’un verre d’eau plate ou pétillante. Le water-bar de Colette a donné le ton, les autres suivent.

Dans la mode, c’est pareil. Après le trash à tout va, on revient à une certaine pureté. Un esprit quasi aquatique. Quelle est la couleur de l’eau ? Transparente dans une bouteille, bleue dans une mer ou une piscine. Et devinez quoi ? ce sont justement ces deux tendances là qui s’imposent dans les collections. Le transparent, d’abord, triomphant depuis quatre ou cinq saisons. Et le bleu désormais, dont la teinte chaude et joyeuse, déjà sensible, devrait déferler sur les collections ( bleu cobalt & bleach ). Au fil de ce numéro, vous découvrirez un peu partout la vogue du bleu cobalt, comme sur la très belle Tarmac de Gravis.

L’urbanwear vire au bleu, sans hésitation. Le denim, toile bleue par excellence, s’offre un nouveau retour en force. On retravaille les matières, on découpe, on redécoupe, on remet inlassablement au goût du jour. Le jean reste l’indétrônable référence. Témoin, entre autres, le succès de l’image ( en haut du pavé) de Red ou plus grand public, de l’Engineered de Levi’s. Partout, c’est le grand bleu. Et ce le sera d’autant plus dans les semaines qui viennent que nous sommes en plein été. Le premier signe astrologique de la saison, le cancer, signe de l’eau. La destination la mieux partagée des vacanciers, c’est la plage, donc l’eau. Et le sport qui monte, c’est le jet ski, donc l’eau.

 

Richesse précieuse, qui malheureusement se raréfie, elle sera le grand enjeu écologique, voire géopolitique des années à venir. Bientôt, en Afrique ou au Proche-Orient, on ne fera plus la guerre pour agrandir son territoire mais pour maîtriser les ressources en eau.  Bien loin de notre univers urbain et nanti, me direz vous… Pas si loin pourtant. Si nous avons la chance de ne pas ( encore ? ) manquer d’eau, sachons la redécouvrir comme elle le mérite. Eau baptismale qu’on nous pose sur le front dans nos premières semaines ou eau à la mode des soirées parisiennes, eau de nos brumisateurs quand la chaleur est étouffante ou eau de toilette de nos petits matins, elle est partout synonyme d’un équilibre vital. Nous l’avions un peu oubliée ces dernières années. Elle nous a rattrapés.

 

WAD team

Cover.

Photo : PHILIPPE GUEGUEN

 

Each week, you will discover the WAD's covers since its beginning and their editorial. A way to see the evolution of our magazine since its first parution in 1999.

Let's continue with the WAD #10 from 2001.

 

EDITORIAL 

 

Water is in the air, living on air. For the first time since a very long period, maybe since ever, it is imposing itself as one of the moment's

strongest values. It is everywhere: in our new habits of consumption in our new cometics, in our wishes for purity and cleanness. Sought after and desired.

Say it again: Times are changing. From now, it is no longer a shame to say that you don't smoke or that you don't drink... unless it is water. Yesterday, you would have been untrendy or something. Today, people envy us because water purifies our lives and our bodies. Diffetent era, different scale of values, different standards. Big contracts are no longer signed around Bordeaux wines but around bottles of mineral water created by designer (i.e the " nomad " bottle by Evan). Not forgetting that in Paris, people like meeting for a drink of fizzy or still water. The Colette water bar started the trend, the others followed. In fashion, it is the same thing. After trash and more trash, it is

back to purity. Almost an aquatic spirit. What is colour of water ? Transparent in bottle, blue in the sea or in pool. And guess what ? These are the two trends of the last collections. Transparent, first, has been ruling for the last four or five seasons. And blue from now on, with its warm and happy shade, already sensitive, should come back for the next collection ( cobalt & bleach). All along this issue, you will discover thr cobalt vogue, like on the very beautiful Tarmac de Gravis.

Urbanwear is turning to blue, without any hesitation. Denim, excellent blue cloths, are going through an impressive comeback. We re-work on materials, we cut and re-cut , always updating. Jean remains the ever-ruling reference. The best example is the success of the latest Red engineered campaign by Levi's. All over the place, it is the big blue. And it will be even more so in the weeks to come, especially in summer. The first astrological sign of the season is Cancer, the sign of water. The best place to go is the beach i.e. by the water. And the sport that's going up is Jet Ski, i.e. water. As someting precious, which is unluckily becoming rarer and rarer, it is becoming an environmental (and geopolitical) issue. Soon, in Africa or in the Middle East, wars willl be for water rather than to enlarge one's territory. Too far away from our washed out and urban environment, right ? Not really when you think of it. If we are lucky enough to not (yet ?) miss water, lets learm how to rediscover it the way it deserves to be. Baptist water that is put onto our foreheads in our earlier weeks or trendy water from Parisian parties, water from our spray tubes when the heat is just too much , or eau de toilette in the morning, everywhere it is the synonym to a vital balance. We had forgotten about it in the last years. Now it has taught up with

WAD team           

Catégorie: Art