Files - Henrik Vibskov X Medwinds

Texte Sarah Bouasse - Date 5 Juin 2012

Plage de Calla Agula, Majorque. Une poignée de journalistes et bloggueurs débarque pour y découvrir la collection capsule d'Henrik Vibskov pour Medwinds. On nous a promis une performance en béton, dans la lignée de celles qu'Henrik a pris l'habitude de concevoir pour présenter ses fringues à lui, sous le label qui porte son nom. Un décor assez étrange a été planté, littéralement, dans le sable : des grands bâtons en bois se dressent à la verticale, et une bâche a été tendue au sommet. Ca fait penser à une tente, mais une tente absurde dans laquelle on ne pourrait pas dormir. C'est effectivement quelque chose de ce goût là, mais ça, on ne le sait pas encore.

Le soleil vit ses derniers instants, il est presque 20 heures, la lumière orangée est rasante. Deux grosses enceintes, face à la mer, se mettent à cracher un son crypto-musique d'ambiance. Et on voit apparaître, sur la droite de l’installation, une file indienne de petits scouts qui se dirigent lentement, gravement, vers les bâtons.

Ils ont des lunettes folles, de hauts chapeaux ronds, une tenue austère, et des sandales de pèlerin.

 

Calla Agula Beach, Majorca. A handful of journalists and bloggers arrive to discover the new capsule collection by Henrik Vibskov for Medwinds. We’re expecting a great performance, in the likes of those Henrik has gotten used to creating to present his own clothes, under the label that bears his name. A strange setting has been literally planted in the sand: big wooden sticks stand horizontal with a piece of cloth on top. It looks like a tent, although an absurd tent it wouldn’t be possible to sleep in. It actually is more or less that, but we don’t know it yet.

The sun is about to set, it’s almost 8pm and the orange light is beaming over the horizon. Two large speakers, facing the sea, start spitting out some crypto-ambiance music. And there come, to the right of the installation, a string of scouts marching slowly, gravely, towards the sticks.

Their wear crazy sunglasses, tall round hats, severe clothing and pilgrim sandals. 

 

 

 

Une fois plantés dans le décor eux-aussi, ils s'y agitent lentement, creusent, plantent, déplacent des bâtons et du sable, le temps qu'on observe les quelques pièces de la collab' : lunettes, robe, chemise, short, ceinture et sandales, tout fait à la main en Espagne, à l'exception d’un chapeau, fabriqué selon méthode traditionnelle au Danemark.

Pendant ce temps, le soleil finit de se coucher dans leur dos, créant un contre-jour bien calibré : pas de doute, le show est rôdé. Il faut dire que cette capsule est la toute première collaboration pour Medwinds, qui produit du beau basique méditerranéen depuis un an et demi, avec le parti-pris de vendre ses produits en ligne uniquement. Quant aux fringues elles-mêmes, qu'on découvre plus en détail ensuite, elle sont soignées, étonnantes... mais franchement austères, bien loin des feux d'artifices vestimentaires auxquels le créateur scandinave nous avait habitués.

Mais qu'est ce qui t'a pris, Henrik ? « Je voulais faire quelque chose d'étrange », nous répond-il après la performance, posé sur un rocher dans son short rouge, une clope à la main, couvert de coups de soleil après une journée à planter des bâtons en plein cagnard. « La collection s'intitule On the Beach, mais je voulais créer un contraste avec la plage telle qu'on nous la présente d'habitude, les speedo néon, l'ambiance Rihanna, tout ça. J'ai choisi de travailler autour du scoutisme, de ses codes et de ses uniformes, et on a aussi pris des scouts locaux pour la performance au lieu de prendre des mannequins. Je vois que tout le monde est un peu confus, les journalistes mais aussi les touristes qui se sont arrêtés pour regarder. Et c'est ça que je voulais ».

Bien joué Henrik, mais dis, pourquoi les scouts ? « Quand j'étais petit, je voulais être scout comme mon frère et ma sœur. Et puis le premier soir où je devais y aller, je me suis chopé une intoxication alimentaire ; j'ai vomi et je suis resté chez moi. Voilà. Et surtout, j'aime les uniformes, j'aime le contraste que crée celui du scout avec l'uniforme qu'on met à la plage, genre pantalon rose et t-shirt. Donc j’ai imaginé une bande de scouts qui va camper sur une plage en Méditerrannée».

Henrik s'en rallume une et explique que son parcours est éclectique : élevé dans un milieu musical, il enchaîne avec des études d'archi, intéressé avant tout par le mélange des disciplines. « J'aime les arts visuels mais j'aime aussi les maths. J'aime le chaos. J'organise le chaos ». Le pack collection + performance en guise de présentation est devenu sa marque de fabrique. Mais pour installer tous ces bâtons, Henrik reconnaît quand même avoir pu compter sur une bonne équipe et des stagiaires en or, dont l'un a même dormi dans l'installation la nuit précédente pour la surveiller. A lui aussi, on dit bravo.

Once they stand horizontal in the setting, too, they start moving slowly, digging, moving sticks in the sand, time for us to take a look at the pieces: sunglasses, a dress, shirt, shorts, belt and sandals, all hand-made in Spain, except for the hat, traditionally crafted in Denmark.

Meanwhile, the sun sets behind them, conveying a nice backlight effect: the show has been well prepared, there’s no doubting that. Medwinds was doing its first collaboration here, after a year and a half of creating good, Mediterranean basics, which they choose to only sell online. And as for the clothes themselves, which we get to see closer a little later, they are polished, amazing… but kind of severe, far from the fashion fireworks the Scandinavian designer had gotten us used to.

What happened to you, Henrik ? “I wanted to do something strange”, he tells us after the performance, sitting on a rock in his red shorts, covered in sunburns from planting sticks in the sun all day. “The collection is called On the Beach, but I wanted to make a contrast from the way we’re usually presented beaches, with neon speedos, Rihanna atmosphere, all that. I chose to work around scouting, its codes and uniforms, and we also hired local scouts for the performance instead of models. I see everyone is a little confused, journalists as well as the tourists who stopped by to watch. And that was my intention”. 

Good job Henrik, but why all the scouting ? “When I was a kid, I wanted to be a scout like my brother and sister. And then on the first night that I was supposed to go, I got food poisoning, threw up and stayed home. So there. But above all, I love uniforms and I love the contrast that the scout uniform creates with the usual beach uniform, like pink trousers and a t-shirt. So I imagined a group of scouts who go camping on a Mediterranean beach”.

Henrik lights up another ciggie and explains he has an eclectic background: raised in a musical environment, he chose to study architecture and cares most of all for interdisciplinarity. “I like visual arts but I also like math. I love chaos. I’m a chaos planner”. The collection + performance package as a presentation has become a trademark. But to get all these sticks right, Henrik reckons he can count on a great team and awesome interns, one of which even slept in the installation last night to watch it. So to him as well, we say bravo.

Catégorie: Clothes