Files - FIONA LINAKER

Texte Marion Doré - Date 2 Aôut 2012

La jeune créatrice utilise beaucoup de tissus et d’imprimés ‘’digitaux’’ qu’elle crée elle-même à partir de dessins à l’encre, d’images peintes à la bombe aérosol et de formes géométriques dessinés et améliorés grâce à Illustrator et Photoshop. Le but de cette technique est de donner l’impression que ce sont des vêtements en 3D.

J’ai lu que vous vous inspiriez des costumes africains traditionnels. Pour autant, les couleurs, les motifs voire les formes de vos vêtements font très futuristes. À qui s’adresse votre collection ?

Ma collection est inspirée des costumes africains traditionnels et de la façon dont ils bougent lors de danses cérémoniales et déguisées. Le matériel que j’ai utilisé pour créer mes vêtements est très hi-tech, comme cette machine de découpe laser ou encore cette imprimante à sublimation thermique. Ces procédés et imprimés digitaux lumineux ont ainsi offert une approche plus moderne aux vêtements. Un autre thème que j’ai pris à la culture africaine, c’est la capacité à changer d’identité et à se créer des personnages aux travers de costumes, en se masquant le visage ou en se modifiant le corps. Ma collection s’adresse à ceux qui veulent changer leur identité originelle.

Les franges sont omniprésentes dans votre collection, qu’elles soient sur le visage ou sur un pantalon. D’où vient cette obsession de la frange ?

J’ai commencé à utiliser les franges avec la machine de découpe laser dans une mini-collection que j’avais réalisé. La façon dont bougeait le tissu était tellement intéressante que je voulais continuer ce procédé pour ma collection finale. Après avoir fini mes recherches sur l’Afrique et mes expériences quant aux longueurs et largeurs des franges, j’ai pensé que ce serait plus percutant de les utiliser dans toute ma collection plutôt que sur une et seule pièce.

Quelle est la pièce phare de votre collection ?

C’est la première pièce de la collection que j’ai achevée, le snood. La réaction dans le studio a été telle que ça m’a encouragée à poursuivre en ce sens avec ce procédé de texture. Il se porte sur la tête et a des longues franges qui permettent de cacher son visage et son identité. La longueur des franges fait qu’elles bougent constamment, et c’est le maître mot de ma collection.

The young designer uses a lot of of textiles and digital printing, created by her own thanks to from ink drawings; ink in ice, spray painted images and geometric shapes all drawn and enhanced using adobe Illustrator and Photoshop The aim of this technique is to give a 3D clothes impression.

I read that you were inspired by traditional African outfits. Yet, your clothes, colors, patterns and even shapes are very futuristic. Whom is your collection for?

 My collection was inspired by traditional African costumes and the way in which the costumes move during the ceremonial dances and masquerades. The equipment I used to create my collection was quite hi-tech, such as the laser cutter and dye sublimation printer therefore the processes and bright digital prints display a more modern approach to design. Another theme my collection took from the traditional African costumes was how they can change identity and how persona’s can be created through costumes, masking the face and body modification. My collection is for those who want to used colour, pattern and texture to change their original identity. My collection has snoods which are worn on the head and fringe covered sunglasses which hide identity. 

Fringes are almost everywhere in your collection: on the face and on trousers. Where this obsession of fringe comes from? 

The fringes developed from a previous mini collection where I used the laser cutter, I thought the way the fabric moved once it was cut in this way was so interesting I knew I wanted to continue this process in my final collection. After I had completed the African research and experimentation of lengths/widths of the fringes on the laser cutter I felt it would be most effective to use this developed textiles throughout my collection rather than just on one piece.

What is the key piece of your collection?

The key piece in my collection is the textured snood, this was the first finished textured piece completed in my collection. The reaction it got from around the studio as I was making it pushed me to further this idea and process. It is worn on the head and has longer fringes which can hide the face and identity. The length of the fringes causes it to move constantly when worn which is key focus of my collection.

 

Votre style en trois mots ? Audacieux, intrigant, et tout en texture.

Vous êtes fraîchement diplômée, quels sont vos projets futurs ?

Je prévois de créer des vestes et des snoods avec des matières que je n’ai pas utilisées dans ma collection. Je travaille aussi sur des imprimés digitaux qui utiliseraient la photographie. J’aimerais trouver une entreprise pour les imprimer sur des tissus et créer ainsi ma marque et les vendre en ligne.

Vous avez travaillé pour Topshop en tant que visual merchandising. Souhaitez-vous développer votre propre marque ou continuer à travailler pour de grands groupes ?

Je travaille toujours pour Topshop, c’est ma principale source de revenus. J’espère toujours gravir les échelons au sein de cette entreprise, même si, plus tard dans ma vie, j’aimerais lancer ma propre marque. Je continuerai à développer mes propres idées et créations qu’importe l’endroit où je travaillerai.

Quelle musique représente le mieux vos vêtements ?

Un remix de ‘’I Heard It Trough The Grapevine’’ de Marvin Gaye. C’est ce que j’écoutais sur le chemin de l’université, pour me mettre dans le mood d’une journée de couture.

A part la mode, qu’est-ce que vous aimez le plus ?

Quand j’ai du temps, j’aime faire de la pâtisserie : cheese cakes, cup cakes et gâteaux au chocolat. Mon prochain défi en pâtisserie c’est de faire un gâteau arc-en-ciel.

Si Fiona Linaker était…

Une planète ? Mercure

Une décennie ? 1980

Une citation ? I scream for icescream.

Your personal touch in three words?  Bold, Textural, Intriguing 

You are freshly graduated, what are your projects for the future?

I'm currently planning to design and make some jackets and snoods out of some of the fabrics I didn't use in my collection, I'm also working on some digital print designs using photography, I would like to source a company to print these onto fabric so I could run a small brand of my own, selling it online.

You worked for Topshop as visual merchandising support. Would you like to develop your own brand or keep working for big firms?

I still work for Topshop, this is my main source of income. I still aim to progress within the company, however later on in life I do aim to launch my own brand, I will continue to develop my own ideas and designs alongside where ever I may work. 

Which music could best represent your clothes?

A remix of Marvin Gaye's grapevine, because that is what I used to listen to on the way to university, used to get me in the mood for a days sewing.

Besides fashion, what do you like the most? When I have the time I love to bake, cheese cakes, cup cakes and chocolate cakes. My next baking mission is to bake a rainbow cake.

If Fiona Linaker was…

 A planet? Mercury

 A decade? 1980

 A quote? I scream for icescream

Catégorie: Fashion