Files - CLAUDE SERIEUX#1 - CLOSED AW 11-12

Texte Carine Lucas - Date 18 Novembre 2011

Qui est Claude Serieux ?

Bonjour Claude, comment allez-vous ? Où êtes-vous ? Que faîtes vous ?

Bonjour, Je vais plutôt bien. A Paris, de retour de la campagne. Je travaille sur l'habillage musical des 18 boutiques Antoine & Lili pour Noël et une musique originale pour la vidéo retraçant l'exposition "Gisèle Freund : L'Oeil frontière Paris 1933-1940" jusqu'au 29 Janvier 2012 à la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent.

 

Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis né en Allemagne d'une mère Viet/Japonaise et d'un père Franco-sénégalais. Ce métissage m'a permis de grandir au milieu d'une grande mixité musicale, culturelle et stylistique. Après avoir terminé mes études aux USA, j'ai commencé à travailler dans la musique puis très vite dans la mode. Je combine depuis 10 ans ces deux activités comme consultant au sein de ma société.

 

La campagne Closed

Vous faites partie de la campagne Closed, quel est le concept ?

Le concept est de faire appel à 10 personnalités artistiques de grandes métropoles internationales pour représenter la marque plutôt que de booker des mannequins de métier. D'où l'appellation : Closed : The X.

 

Qu’est ce que cela vous a apporté ? Des rencontres ? De la reconnaissance ?

J’ai pu retrouver une ville qui m'est chère depuis l'enfance : Berlin. Elle a certes changé et perdu un peu de la magie qui l'entourait à l'époque du mur et de la "zone franche" que constituait Kreuzberg, mais l'énergie et l'effervescence artistique y restent plus palpable que dans la majorité des capitales européennes. Des rencontres, bien sûr, très enrichissantes où nous avons pu, les uns les autres, échanger nos visions de nos scènes artistiques respectives et de la façon dont nous vivions nos passions. Des amitiés se sont liées également. Pour ce qui est de la reconnaissance, il est encore tôt pour en parler, bien que cette première interview pour WAD soit un début de réponse.

 

Comment s’est déroulé le projet ? Shooting? Vidéo?

J'ai été contacté via Facebook par Tanya, l'attachée de presse de Closed à Milan que j'avais rencontrée à une soirée Undercover au Pitti (Florence). Environ 6 semaines plus tard, j'étais à Berlin avec les autres "X". L'ambiance sur le shooting était très onirique. Studio en bordure de rivière avec de grandes baies vitrées et lumière naturelle, tout le monde (modèles et équipe) était souriant, détendu et apparemment heureux d'être là... La photographe Lina Scheynius a tout shooté au film, et elle est d'une nature plutôt "poétique". Superbe souvenir du shooting, aucun stress sur le set. A l'issu du shooting, la direction m'a proposé de composer la musique de la vidéo, ce que j'ai fait en suivant le cahier des charges. Là encore, tout s'est passé comme sur des roulettes.

Who is Claude Serieux ?

Hello Claude, how’s it going? Who are you? What do you do?

Hey, things are alright. Back in Paris after being in the countryside. I’m working on the Christmas music for the 18 Antoine & Lili stores and on original music for a video following the exhibition ‘Gisèle Freund: L’Oeil frontière Paris 1933-1940’, up until January 29, 2012 at the Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent.

 

Can you introduce yourself for those who don’t know you?

I was born in Germany to a Vietnamese/Japanese mother and a Franco-Senegalese father. This cultural mixing allowed me to grow up in surrounded by musical, cultural, and stylistic diversity. After finishing my studies in the USA, I started to work in music, and shortly thereafter in fashion. For the past 10 years I have been combining these two activities as a consultant in my company.

 

The Closed Campaign

You’re working on the Closed campaign. What is the concept?

The concept is to call on 10 artistic figures from major international cities to represent the label, rather than to book professional models. That’s why it’s Closed: The X.

 

What have you gotten out of it? Have you met people? Gained recognition?

I got to rediscover a city that I’ve loved since childhood: Berlin. It’s certainly changed, and lost some of the magic that surrounded it during the Wall years and the ‘free zone’ around Kreuzberg, but the artistic energy and effervescence is still more palpable than in the majority of the European capitals. I’ve encountered people, of course; there have been many enriching meetings where we were able to exchange our visions of our respective artistic scenes and the ways we live out our passions. Friendships have been forged. When it comes to recognition, it’s a little early to say, as this interview with WAD is the first bit of feedback.

 

How did the project happen? The shoot? The video?

I was contacted via Facebook by Tanya, the press agent for Closed in Milan, who I’d met at an Undercover night at Pitti (Florence).  About 6 weeks later, I was in Berlin with the other ‘X’. The ambiance at the shooting was very ethereal. The studio was along a river with big glass doors and natural lighting, and everyone (models and crew) were smiling, calm and apparently happy to be there... The photographer Lina Scheynius shot everything on film, and generally has a more ‘poetic’ nature. I have great memories of the shoot, no stress on the set. After the shoot, the directors asked me to compose the music for the video, which I did by following their storyboard. There, again, everything fell into place like clockwork.

La mode

La mode, quand est ce que vous la découvrez ?

La mode, je la découvre "passivement" au sein de ma famille, toujours "tirée à quatre épingles" et de bon ton ! Je la découvre ensuite par les différents courants musicaux auxquels j'adhère : ska, soft pop, hiphop, psycho rock... Je me souviens m'habiller en m'inspirant de mes idoles et en affirmant mon appartenance à telle ou telle bande. Je me suis rendu compte plus tard que j'étais en fait un véritable "Mod".

 

Quand est-ce que vous y travaillez ?

En 1991, je me vois proposer un poste au showroom Paul Smith qui venait d'ouvrir à Paris. Je ne connaissais rien à la mode à l'époque, je pense que j'avais juste un style qui convenait à l'image de la marque. J'adore Paul Smith pour cette relation constante à la musique et particulièrement à la Pop anglaise. J'y ai appris le métier et j'ai continué à découvrir de la musique grâce à mes voyages en Angleterre.

En 1998, un chasseur de tête m'a débauché pour m'occuper du marketing "Homme" chez Yves Saint Laurent avec un nouveau styliste inconnu à l'époque mais que la Maison considérait déjà comme "L'Héritier" : Hedi Slimane. Nous avons relancé Yves Saint Laurent, en particulier au Japon, et à partir de là, le talent d'Hedi et l'expertise de la Maison ont propulsé la marque jusqu'au rachat par le groupe PPR. C'est à ce moment que j'ai décidé de monter mon label "Les Disques Sérieux" et ma société.

Fashion

When did you discover fashion?

I discovered fashion ‘passively’ from my family, always ‘dressed to the nines’, but tastefully! I discovered more through the different musical genres I adhered to: ska, soft pop, hip hop, psycho rock... I remember being inspired in my dress by my idols, and dressing to affirm my loyalty to such or such band. It was only later that I realised that I had been a real ‘Mod’.

 

When did you start working in the industry?

In 1991, I was offered a position in the Paul Smith showroom that had just opened in Paris. I didn’t know anything about fashion at the time, I just thought I had a style that suited the label’s image. I love Paul Smith for their constant connection to music, particularly with English pop. I learned the job and continued to discover music thanks to my trips to England.

In 1998, I was headhunted to do the marketing for Yves Saint Laurent’s ‘Homme’, with a new stylist who was unknown at the time but who the Maison already considered its next star: Hedi Slimane. We relaunched Yves Saint Laurent, particularly in Japan, and from there, Hedi’s talent and the Maison’s expertise powered the label until it was purchased by PPR. When this happened I decided to start my own label, ‘Les Disques Sérieux’, and my company.

Catégorie: Clothes